Assistance et solidarités : nouveaux objets, nouvelles approches – séminaire ESOPP du 13 février 2013

Le 13 février 2013, Christophe Capuano et Elodie Richard ont  consacré une séance du séminaire ESOPP au thème « Assistance et solidarités : nouveaux objets, nouvelles approches ». Avec : Axelle Brodiez (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes LARHRA, Université de Lyon 2), Christophe Capuano , « La prise en charge des personnes âgées fragiles depuis 1945 : la construction du « modèle social » français en question ». Elodie Richard, « L’assistance et le droit (XIX e -XX e siècles) »

Texte de présentation de la séance :

Avec cette séance, nous entendons rendre compte du renouveau que connaît l’histoire contemporaine de la protection sociale en réexaminant plusieurs questions classiques telles que l’articulation de l’assistance avec les politiques sanitaires, la combinaison entre aide publique et privée et l’élargissement tendanciel des populations bénéficiaires. Nous nous proposons d’envisager ces questions sur une longue durée (XIXe-XXe siècle), en partant d’une définition assez large de l’assistance qui n’en exclut à priori aucun dispositif ou secteur et en nous intéressant aux différents acteurs impliqués dans la définition ou la mise en œuvre de l’aide.

Introduction/L’assistance et le droit (XIXe-XXe siècles)

Nous décrirons en introduction le processus d’émergence, en France au XIXe siècle, de l’assistance publique comme domaine d’action d’un Etat administratif en voie de constitution. Cette période d’élaboration du « droit de l’assistance » est contemporaine d’un débat international sur la définition de la pauvreté et sur la « charité légale ». Nous les étudierons conjointement pour comprendre la façon dont les théoriciens de l’assistance et en particulier les juristes ont contribué à définir les objectifs, les modalités et les destinataires de ce qui est considéré dans l’historiographie comme la forme la plus ancienne de l’aide sociale. Cela nous permettra d’évoquer la « police » comme matrice de l’unité des politiques publiques à l’égard des pauvres, la place relative de l’Etat dans un secteur séculairement investi par l’Eglise et l’action privée et les logiques administratives et savantes de délimitation et d’extension des populations bénéficiaires.

L’importance de la dimension sanitaire dans la lutte contre la pauvreté-précarité, fin XIXe-fin XXe siècles) ».

En approchant conjointement vulnérabilités sociales et sanitaires, et en articulant les niveaux d’analyse, l’intervention vise à mieux comprendre comment se sont construites, puis ont évolué, les politiques publiques françaises de lutte contre la pauvreté-précarité. On montrera en particulier 1) que l’articulation sanitaire/social, fondamentale pour les publics vulnérables, l’a aussi été dans les politiques publiques, par réalisme et pragmatisme mais aussi sur fond d’économie morale parfois plus contestable ; 2) que les approches en termes de « mixed economy of welfare », encore non utilisées en France, sont en particulier opératoires et fécondes pour le XXesiècle.

La prise en charge des personnes âgées fragiles depuis 1945 : la construction du « modèle social » français en question

En analysant sous l’angle historique, la question de la prise en charge de la vieillesse, en particulier de la vieillesse dépendante, cette contribution vise à interroger et historiciser les spécificités de notre État-Providence, en particulier la forme de complémentarité qui a été progressivement élaborée entre solidarité publique et entraide familiale depuis 1945. On nuancera les typologies classiques de l’État-Providence (cf. Gøsta Esping-Andersen) mais on testera aussi la validité d’un « modèle social français » qui serait fondé sur un équilibre entre solidarité publique et solidarités privées. Nous montrerons comment s’est constituée cette complémentarité et comment elle s’est exercée (et s’exerce encore) de manière très inégale – la contribution apportée par la famille restant largement majoritaire face à la solidarité publique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *