Dispositions mentales et régularités sociales – séminaire ESOPP du 10 avril 2013

Le 10 avril 2013, Luc Berlivet (CNRS-Cermes) et Caroline Douki (Université Paris 8) ont organisé une séance de séminaire dont le thème était  « Dispositions mentales et régularités sociales : enjeux savants et politiques de la psychologie des groupes humains (fin XIXe – début XXe siècles) » . Dans l’histoire des savoirs sur les sociétés humaines, le tournant des XIXe-XXe siècles se caractérise par la multiplication, dans de très nombreux pays européens et américains, d’écrits insistant, à la fois, sur les variations physiques (anthropologiques) observables entre les différents groupes humains et sur l’existence de populations considérées comme naturellement déviantes (délinquantes ou amorales…). Divers aspects de ces textes ont fait l’objet d’études approfondies– qu’il s’agisse du poids des schèmes de pensée héréditaristes, des angoisses suscitées par la peur d’une dégénérescence des « races » européennes, ou de la fascination exercée par la médecine et les sciences naturelles. L’objet de cette séance a été d’enrichir ces analyses en revenant sur le rôle joué par les différentes « psychologies collectives » dans les théories sociales élaborées durant cette période. Rôle crucial, en ce qu’elles permirent d’établir un lien (mental) entre les régularités, réelles ou supposées, objectivées au niveau somatique (stature, forme et/ou volume du crâne…), d’une part, et au niveau comportemental, de l’autre. Loin d’être l’apanage d’auteurs marginaux, ces psychologies sociales avant la lettre ont durablement influencé le développement de la sociologie et d’autres disciplines connexes.
Avec les interventions de : Michele Nani (CNR – Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea, Gênes) « Une sauvagerie intérieure ? Sciences sociales et ‘groupes subalternes’ en Italie (1880-1910) » et Wolf Feuerhahn (CNRS – Centre Alexandre Koyré, Paris) « « Lutter éternellement pour la conservation et le développement de notre spécificité nationale ». Max Weber et la fabrique d’une disposition psychique allemande à l’heure du débat sur la « polonisation de la Prusse » (1880-1900) »

 

 

 

Luc Berlivet (CNRS-Cermes) et Caroline Douki (Université de Paris 8) ont organisé le 10 avril 2013 une séance sur « Dispositions mentales et régularités sociales : enjeux savants et politiques de la psychologie des groupes humains, (fin XIX e – début XXe siècles) ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *