Assistance et travail : journées d’étude des 23 et 24 mai 2013

Les 23 et 24 mai prochains, le programme de recherche « Histoire des populations vulnérables » , financé par l’Agence nationale de la recherche, s’achèvera par deux journées d’étude intitulées  « Assistance et travail – les frontières de la vulnérabilité sociale ».
Ces journées se tiendront à Sciences Po, 13 rue de l’Université, 75007 Paris (Salle du Conseil, 5e étage) de 9h30 à 17h00.

Programme détaillé : Continuer la lecture de Assistance et travail : journées d’étude des 23 et 24 mai 2013

Les sciences de gouvernement et la protection des populations (XVIIIe-XIXe siècles) – séminaire ESOPP, 8 février 2012

Le 8 février 2012, le séminaire ESOPP a consacré une séance à la question des sciences de gouvernement et de la protection des populations aux XVIIIe et XIXe siècles. Organisée par Elodie Richard, cette séance fut l’occasion d’entendre les exposés de Paolo Napoli (Centre d’étude des normes juridiques « Yan Thomas », EHESS)  « La police : la politique du plus ultra » et Luca Paltrinieri (Triangle, ENS-LYON)  « Histoire du concept de population (France, XVIIIe-XIXe siècles) ».

Handicap et vulnérabilité sociale – séminaire ESOPP, 11 janvier 2012

Mercredi 11 janvier 2012, la séance du séminaire ESOPP, organisée par Yohann Aucante et Christophe Capuano, fut consacrée à la vulnérabilité sociale abordée à travers la question du handicap.

La séance permit d’entendre des exposés de François Buton (CNRS-Cepel, Montpellier), « Des esprits d’Etat ? Les professeurs et la défense de la cause des sourds-muets en France des années 1830 aux années 1880 « , de Benoit Eyraud (Lyon 2) : « Des incapacités à la vulnérabilité : une mutation de la protection tutélaire (1968-2007) ? ») et de Yann Cantin (EHESS, Mission Handicap) « Une catégorie fragile : les sourds-muets et la réforme éducative en France à partir des années 1880 »). Grâce au soutien de la mission handicap de l’EHESS, les débats bénéficièrent d’une traduction en LSF, permettant ainsi à l’ensemble du public présent de participer.

Journée d’étude « Vulnérabilité et citoyenneté : l’apport des terrains non-européens » – 15/6/2011

Le 15 juin 2011 a eu lieu une journée d’étude organisée dans le cadre de l’ANR-Vulnérabilités, et mise en oeuvre par Bernard Thomann (équipe Histoire Sociétés et Territoires du Monde -Inalco) et Hélène Frouard (équipe Etudes sociales et politiques de la population, de la protection sociales et de la santé, CNRS-EHESS).
A travers des aires géographiques variées (Asie, Amériques, Afrique) et sur une période large (du XIXe siècle à nos jours), les chercheurs réunis à cette occasion ont réfléchi aux Continuer la lecture de Journée d’étude « Vulnérabilité et citoyenneté : l’apport des terrains non-européens » – 15/6/2011

« Les personnes âgées face aux risques (pauvreté, isolement, dépendance) – Séminaire ESOPP – 12 janvier 2011

Le mercredi 12 janvier 2011, l’équipe ESOPP présentait  dans le cadre de l’ANR-Vulnérabilités une séance de séminaire intitulée « De l’Europe préindustrielle au monde contemporain, les personnes âgées face aux risques (pauvreté, isolement, dépendance), organisée par Christophe Capuano (CRH/EHESS).
Dans le cadre d’abord d’une histoire des pratiques, l’historienne moderniste Laurence Continuer la lecture de « Les personnes âgées face aux risques (pauvreté, isolement, dépendance) – Séminaire ESOPP – 12 janvier 2011

ANR-Vulnérabilités

Ce carnet de recherche présente les travaux et résultats scientifiques d’une vaste enquête collective consacrée à l’histoire de la définition et du traitement des populations vulnérables aux XIXe et XXe siècles. Financée par l’Agence nationale de la recherche, cette enquête s’appuie sur l’examen de diverses politiques sociales et sanitaires (les droits sociaux des migrants, la lutte contre la tuberculose et les maladies vénériennes, la vulnérabilité liée au genre, les politiques de logement, les risques sanitaires au travail etc.) avec pour objectif de parvenir à une approche globale, comparative et croisée du traitement de la vulnérabilité.
Outre la dimension comparative menée grâce aux divers pays étudiés, le projet reposera sur une forte dimension transnationale par l’étude des interactions entre les nations, qu’elles reposent sur des circulations d’idées et de projets, des réseaux internationaux, des dispositifs légaux, l’intégration à des organismes internationaux ou des constructions supranationales. Cette dimension transnationale est en effet un des traits fondamentaux du XXe siècle pour ce qui concerne la définition et les modalités de gestion des populations vulnérables.