“Enjeux et pratique de la protection des migrants et des indigènes au début du XXe siècle : perspectives comparées” – Séminaire ESOPP – 9/03/2011

Le 9 mars 2011, l’équipe ESOPP présentait  dans le cadre de l’ANR-Vulnérabilités une séance de séminaire intitulée “Enjeux et pratique de la protection des migrants et des indigènes au début du XXe siècle : perspectives comparées”. Organisée par Caroline Douki, la séance fut l’occasion d’entendre Paul-André Rosental, Emmanuelle Sibeud et Caroline Douki.

La séance se proposait de comparer et croiser les mouvements réformateurs qui se sont développés au début du XXe siècle, autour de deux catégories de population vulnérable : d’une part les réseaux internationaux ou les initiatives étatiques qui tentent de développer la protection sociale des travailleurs migrants ; d’autre part, les perspectives réformatrices qui se saisissent de la question impériale et raciale et se préoccupent des peuples indigènes, également impliqués dans des formes accrues de mobilité.
La séance a développé l’analyse dans deux directions :
– Il apparaît rapidement que ces réseaux et ces mouvements réformateurs ont conduit à l’élaboration d’un droit international, social ou humanitaire, à des processus et à des organismes supra-étatiques ou transnationaux dont les missions consistaient à définir et assurer la protection de ces catégories de population.
– Au delà, on s’est attaché à établir et tester la capacité effective des migrants ou des populations indigènes à faire valoir leurs droits, en étudiant notamment les soutiens et les ressources dont disposent ces groupes dans les pays d’origine, dans les pays de destination et à travers divers réseaux sociaux et associatifs transnationaux

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.